Enfants, nous avons tous été bercés par les contes du prince épousant sa princesse « et ils vécurent heureux toute leur vie ». Arrivée à l’âge adulte, la réalité se passe bien différemment. Les injonctions de réussite professionnelle, le nombre accru de divorces et maintenant la pandémie semblent freiner les mariages et les pacs ; et d’une manière plus générale, l’engagement. Comment faire quand l’un veut s’engager, mais pas l’autre ? Quelles sont les bonnes questions à se poser ?

D’où vient cette peur de l’engagement ?

La peur de l’engagement est cette crainte de s’investir dans une relation. Que ce soit refuser des projets sur le long terme (se marier, se pacser, avoir des enfants, vivre ensemble…) mais aussi repousser l’idée de s’investir émotionnellement envers son/sa partenaire.

Nombreuses sont les raisons qui peuvent pousser une personne à ne pas vouloir s’engager. Cela peut être la peur de souffrir, la peur de l’échec, un manque de confiance en soi ou encore la crainte de perdre sa liberté.

Peur de l'engagement

Si mon partenaire a la « phobie » de l’engagement, la situation est-elle réellement sans issue ?

Il ou elle refuse de s’engager, que faire ?

Lorsqu’on est dans une relation amoureuse, au bout d’un certain temps, il est tout à fait normal de se projeter dans le futur, de s’imaginer fonder une famille avec l’être aimé. Cependant, pour certaines personnes, la vie de couple ne rime pas forcément avec engagement. C’est en tout cas ce que je peux constater chez mes amis.

J’ai bien compris que s’il refuse de s’engager, les grandes déclarations d’amour éternel ne seront pas suffisantes.

 « Un mariage ne se construit pas sur des promesses vaines, mais sur des engagements réels et sérieux. »

Claudine Guérin de Tencin

De prime abord, il est important de comprendre l’origine de son blocage, sans le/la juger. Et pour cela, il n’y a rien de mieux qu’une discussion à cœur ouvert. Pas toujours facile de se livrer ainsi, mais croyez-moi, ça fait du bien ! Faites le point avec votre partenaire, parlez des concessions que l’un et l’autre sont en mesure de faire dans le but d’avancer dans la relation.

Surtout, même si la tentation est grande, oubliez toutes formes de pression qui pourrait le/la faire fuir et avancez ensemble à petits pas. Valorisez les petites marques d’engagement qu’il ou elle est prêt(e) à faire. Et puis, attitude pas toujours facile, soyez patient(e).

« L’amour se nourrit de patience autant que de désir. »

Amin Maalouf

Enfin, cerise sur le gâteau, tout l’art sera de faire des compromis. Vous souhaitez vivre ensemble, mais votre partenaire hésite ? L’une de mes bonnes amies a trouvé la parade : proposer de tester la vie commune pour quelques mois.

Rappelez-vous que l’objectif n’est pas de pousser votre partenaire à sauter le pas à n’importe quel prix, mais plutôt de lui donner envie de construire un avenir avec vous. Lui faire voir que vivre à deux n’est pas si dangereux que cela, sans pour autant le/la harceler.

« Ce n’est pas tellement le mariage qui est merveilleux. C’est après ! »

Henri Salvador

Posez-vous les bonnes questions

Si malgré tous vos efforts, votre partenaire campe sur ses positions, c’est qu’il est temps pour vous de faire le point. Interrogez-vous sur vos motivations et vos sentiments : le mariage est-il vraiment important pour vous ? Jusqu’à quel point aimez-vous votre partenaire ? Vous sentez-vous bien dans votre relation actuelle ? Seriez-vous encore prêt(e) à patienter ? Si oui, combien de temps ?…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Rédigez votre commentaire
Entrez votre nom ici