Quand le couple vit une épreuve

Apprendre à t’aimer est un téléfilm racontant l’histoire d’un couple qui découvre à la naissance de leur petite fille qu’elle est trisomique. S’il cherche avant tout à changer le regard de la société sur la trisomie, ce film met aussi en relief des mécanismes courants dans nos vies de couple. J’aimerais ici en mettre 4 en lumière.

Le décalage

Parfois, nous sommes en décalage avec notre conjoint. Nous n’avançons pas à la même vitesse. Alors que Cécile accueille dès la naissance à la maternité le handicap de sa fille, Franck met plus d’un an à l’accepter. Deux personnes, deux vitesses. Ce décalage finit par dégrader leur relation. Et quand Franck fait des efforts pour restaurer leur relation, Cécile n’en est pas encore là. Elle fuit. Deux personnes, deux vitesses.

Attendre. Accepter que l’autre n’avance pas à la même vitesse que nous, lui laisser cette liberté…pas facile.

Et moi ? Est-ce que j’accepte que tu n’en sois pas au même point que moi (sur cette décision à prendre, dans notre sexualité, notre implication dans la vie de famille, etc.) ?

Est-ce que j’accepte que tu n’en sois pas au même point que moi ?

L’éloignement

Après la naissance, bizarrement Franck est de moins en dispo et rentre de plus en plus tard du travail. Il met en place des mécanismes de fuite pour ne pas affronter le handicap de sa fille qu’il trouve insupportable. Et ce comportement finit évidemment par éloigner Franck et Cécile.

Chaque blessure, chaque manquement, chaque mauvaise parole est comme une brique de plus posée sur le mur qui les sépare. Et plus le temps passe, plus le mur s’épaissit et devient difficile à casser. Un cercle vicieux se met en place.

La tentation de l’infidélité

On y arrive. L’éloignement finit par créer un vide affectif dans lequel un autre s’engouffre. Heureusement (et je remercie les scénaristes car ces derniers font souvent l’apologie de l’infidélité dans les films) si Cécile flirte un peu avec un autre, elle ne va pas jusqu’au bout et reste fidèle à son mari. Donc oui, on peut être tenté(e), sans pour autant flancher !

On a souvent tendance à penser que demander pardon est un acte de faiblesse

Voilà ce qui vient restaurer la relation. À la fin, c’est magnifique, Franck demande pardon et cela vient faire voler en éclat ce mur de brique qui s’était construit entre eux. On a souvent tendance à penser que demander pardon est un acte de faiblesse, mais en même temps, qu’est-ce qui est le plus difficile : se taire ou demander pardon ?

Demander pardon et pardonner, c’est ça qui est héroïque aujourd’hui ! Et si je veux « apprendre à t’aimer », il faudra que j’apprenne à te demander pardon.

Marie des Inséparables

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Rédigez votre commentaire
Entrez votre nom ici